Belle journée des langues maternelles !

Version Wolof — (Version française plus bas)

Jàng ay xët ci ab dalu web ci làkku yoruba, wu fon, wu wolof wala wu swahili. Waaye naka ? Nees feesale dell dali web yi ak suñuy mbind, màndargay suñuy làkk ak suñuy moomeel yu laaluwul ? Nees war a def ba am taxawaay bu mat sëkk ci wàll wi, nga xam ne ñeenti këri liggeeyukaayu Amerig yu mag dañu ko nangu ci ñeeneen ñi ?

Bi ñu àndee ak Idemi Africa ba léegi jël dogalu yaatal enternet, boole ci ñeneen ñi, am na lu war a tollu ci ñaari at. Yaatal googu, ni ñu ko defe mooy gën a fésal suñuy làkk ci enternet, jox leen gëdd bi ñu moom te di def ci enternet seeni mbind. Darajaal ak solool mbind yi suñuy làkk yi am ci enternet ba pare te jumtukaayi xaralay gëstu yu mag yi suufeel leen wala ñu ber leen, nekk na lu ñu yitteel lool.

Wala sax ñu gënale leen gënale bu aju ci koomu réew yi leen di làkk, ci seen gëdd ci wàllu pólitig ak ci lim bi leen di làkk. Misaal mi mooy, làkku Swahili ak wu Yoruba nga xam ne ñoo ëpp solo yeneen làkk yi ci kanam këri jumtukaayu xarala yu mag yi. Moone deey xam nañu ko, ñun fii ci Afrig, du limu ñiy làkk làkk wi moo am solo. Réew yu bare mënuñoo wax luy làkku nguur (langue officielle) wala làkku wu fekk baax ci réew mi (langue locale) ndaxte dafa bare ay wuute ci seen askan.

Dañuy gis ci enternet ay waa Bénin di waaxtaan ci Yoruba, Fon wala Goun ak tamit ci farañse, waaye ba tey baax na ! Bare nañu ci. Mbir maa ngi jëm kanam : Waa Sénégal yaa ngi waxante lu ñaaw ci Wolof, waa Congo yi di ko defante ci Lingala. Loolu mu ngi gën a law (wala dina jëm kanam).

Waaye ndax dégg nañu ñu ? Ndax ñu ngi ñuy gis bu baax ? Te Google li muy jël ci ay làmmeñalkati Afrig ngir ful ay mbindam ci làkki Afrig yi néew na lool, Twitter tamit sóoraalewul suñuy làkk ci tekki làkk yi muy def ? Moone deey, njiiti këri liggeeyukaay yooyu dañuy nekk di tagg déndu Afrig, cosaan ak aadaam, ay mbébetam, xarañteefam.

Nañu ko wax te dee, nekkuñu suñuy xarit. Dañuy jëfandikoo seen yëf di leen jural xaalis bu takku rekk wala ñu yaakaare ñu ko ëllëg.

Kañ lañuy gis jumtukaayu xarala bu xelu ci làkku bàmbara ? Am xel mu ñaw, mu tegu ci yoon wu leer, yaatal ni aada ak cosaan yi muy solool. Muy luy jaare ci ay masin yu xelu wala déet, lu tukke ci bëgg-bëggu doom-aadama la lu ñuy xaar te gisaguñu ko.

Kureel gii di Takwimu lab ca Bénin sax mu ngi liggeey ngir defar ab apilikaasiyoŋ buy mën a tekki àngale ci fon te jaarale ko ci jumtukaayu xarala bu xelu. Ñun ci suñu bopp, ñu jëfandikoo li baax ci xarala yi, dafa dem ba nekk lu war. Jëmu bi mooy dem bay tekki aw làkku Afrig ci weneen làkkam. Dénd bi benn la te aada yi ñoo niroo.

Dañu may faral di laaj, kan mooy jëfandikoo ay xarala ci ay làkki Afrig te làkk yooyule amaguñu abajada ba kenn di leen mën a bind ?

Tontu bi Boubacar Boris Diop tontu ci laaj boobu neex na ma lool. Dafa leeral ne « nit ñi dañu juutal mbir mi. Li taarixu mbind wone mooy, mbind ci boppam mooy sos mbooloo mi koy yër wànte du mbooloo mi moo koy sos ». Laaj bi dëgg warul nekk « Kan laay bindal ? wala « Ñaata téere laay jaay ? » waaye « Yan baat laay gën a mën a fésale li may yég te mu sore ci man lool ? ».

Laaj bi nag léegi mooy, liggeey bi ci Idemi Africa ren lan lay doon ?

Xalaat nañu bu baax ne enternet dafa war a nekk béreb bu ubbil ay buntam suñu làkk yi. Xam-xam bi ngay tibbe enternet mu ngi aju ci saw làkk. Kon nag dinañu wéy di jàllale wax jii. Bu fekkee dëgg la ci ñun, waruñu di ko wax rekk waaye dañu war di ko jëfe tamit. Looloo waral ñu sos ab bolog ngir gunge bépp doomu aadama bu bëgg a bind, def ay nataal wala def ay widewoo ci làkkam. Lu ñu ñor lool la, te yàkkamti nañoo siiwal xalaat bile nga xam ne, du lenn lu dul fexe ba làkki Afrig yépp am dayo bi yeneen làkki àdduna yi am, te ñu leen di jëfe fépp fu ñuy jëfe yeneen làkki àdduna yi.

Naviguer sur des pages web en Yoruba, en Fon, Wolof ou Swahili. Mais comment ? Comment inonder l’espace numérique de nos expressions, de nos accents et de notre patrimoine immatériel ? Comment intégrer et exister dans cet espace confisqué par quatre grandes entreprises américaines ?

Il y a à peu près deux ans, nous avons décidé avec Idemi Africa de décoloniser internet en rendant nos langues plus présentes, en mettant en avant des initiatives dont l’objectif était de valoriser nos langues ou de produire du contenu dans ces langues là. Nous sommes également très attachés à l’idée de mettre en exergue tous les contenus qui existent déjà aujourd’hui et qui sont soit, déclassés par les puissants moteurs de recherche, soit ghétoisés par ces dernières.

Ou encore hiérarchisés en fonction de leur poids économique, politique et du nombre de locuteurs. C’est le cas par exemple du Swahili ou du Yoruba qui suscitent un intérêt très fort auprès des grandes entreprises du numérique au détriment d’autres langues. Pourtant, nous ne le savons, nous, en Afrique, ce n’est pas le nombre de locuteurs d’une langue qui compte. Plusieurs pays n’arrivent pas à définir une langue officielle, locale, car l’identité de leur nation est multiple et variée. Elle ne peut se restreindre.

Nous voyons des Béninois sur internet échanger en Yoruba, Fon ou Goun mais aussi en français et tant mieux ! Ils sont multiples. Des choses avancent : les Sénégalais s’invectivent en Wolof et les Congolais en Lingala. C’est de plus en plus tendance ( ou en tout cas, j’espère que cela le deviendra)

Mais sommes-nous entendus ? Sommes-nous déjà assez visibles ? Alors que Google embauche très peu de linguistes africains pour enrichir ses versions en langues africaines ou que Twitter ne reconnaît pas nos langues dans ses différentes traductions disponibles ? Pourtant, les dirigeants de ces entreprises chantent les louanges du continent, culturel, ambitieux et innovant ? Disons-le, ce ne sont pas nos amis. Nous représentons simplement un marché, quelque fois même, un marché potentiel à leurs yeux.

Sinon, à quand une intelligence artificielle en bambara ? Une intelligence, transparente, ouverte à l’image des cultures qu’elle valorise. Qu’elle soit artificielle ou non, elle est le résultat d’une volonté humaine, qui tarde à se manifester.

L’association Takwimu lab au Bénin travaille d’ailleurs sur une application de traduction de l’anglais en fon basée sur l’intelligence artificielle. Eprouver nous-mêmes les technologies devient essentielle. L’objectif est d’aller encore plus loin et de tenter des traductions d’une langue africaine à une autre langue africaine. L’ère géographique et les réalités culturelles étant similaires.

On me demande souvent qui va utiliser des technologies dans des langues africaines alors qu’elles « ne sont pas écrites » ?

J’aime beaucoup la réponse de Boubacar Boris Diop à cette question. Il explique qu’en fait, « les gens inversent la démarche. Ce que montre l’histoire de la littérature, c’est que ce sont les textes qui créent le public, et non l’inverse. » La vraie question ne doit pas être « Pour qui j’écris ? » ou « Combien de copies vais-je vendre ? », mais « Avec quels mots puis-je le mieux exprimer ce que je ressens au plus profond de moi-même ? ».

Alors qu’allons-nous faire cette année à Idemi Africa ?

Nous pensons profondément qu’internet doit être un espace ouvert et inclusif de nos langues. L’accès que vous avez au savoir sur internet dépend de votre langue. Nous allons donc continuer à porter ce message et si nous voulons être cohérent, nous devons au delà de simplement le porter, incarner ce message. C’est pour cela que nous avons lancé une plateforme de blog afin d’accompagner toutes personnes désirant produire du texte, de l’image ou de la vidéo dans sa langue. C’est une démarche qui nous tient à cœur et nous avons hâte de partager ce rêve qui est de faire exister les langues africaines aux côtés des autres langues du monde.

Merci au linguiste Mamour Dramé et à Geleem Saar pour la traduction de ce texte en wolof.

Africaine déjà-Journaliste ensuite ;)